RIQUEWIHR




 

C'est en 1291 que le comte de Horbourg, fit construire une enceinte fortifiée et entoura la cité d'un fossé : Riquewihr était devenu forteresse et ville. La renommée de la cité grandit de plus en plus et devint bientôt un centre pour le commerce du vin, et un point d'attraction pour les corporations. Tout cela contribua à faire attribuer à Riquewihr le titre et les privilèges d'une ville.




Mais la ville fut habitée bien avant, comme le montre la découverte en 1913 de plusieurs tombeaux reconnus comme datant de la période franque.
En 1324 les comtes de Horbourg vendirent la seigneurie de Riquewihr au comte de
Wurtemberg. Jusqu'à la révolution Riquewihr resta possession Wurtembergeoise.



Au XIVe siècle, plusieurs documents nous parlent de Riquewihr comme d'un centreviticole connu et apprécié. De tout temps, l'administration de la cité a porté tous ses soins à garder intacte la réputation des vins de Riquewihr, tant par sa lutte acharnée et persévérante contre tout cépage douteux, que par la fixation de l'époque des vendanges. Ainsi un document de 1582, dit que " tous ceux qui malgré les défenses réitérées ont planté des pieds de vigne vulgaires, sont tenus de les arracher. "



Dans l'histoire locale d'Alsace, Riquewihr n'est pas seulement connue pour ses excellents vins, mais aussi pour ses anciens monuments comme l'église Sainte-Marguerite, le Dolder ou beffroi, l'orgueil des Riquewihriens dans lequel le visiteur peut admirer une riche collection d'armes. Sur le toit du Dolder, une cloche porte l'inscription suivante : C'est la joie, c'est l'alarme que mon son produit ; du jour j'annonce le vacarme et le repos de la nuit.
La tour des voleurs, prison redoutée de la cité caractérisée par la chambre des tortures et l'oubliette.
Nous espérons, que ces quelques lignes et photos permettront de vous faire une idée de notre ensemble architectural remarquablement préservé, et vous inciterons peut-être plus tard à une
visite plus détaillée de Riquewihr.



Sources " Riquewihr, son histoire,ses institutions,ses monuments ",par l'abbé Voegeli.


Retour